Au Comœdia de Brest, le noir est couleur

Au Comœdia de Brest, le noir est couleur

Au Comœdia de Brest, le noir est couleur

Le noir en peinture, la couleur en sculpture… C’est le thème de la nouvelle exposition de l’espace d’art le Comœdia, à Brest.

 

Loïc Madec, seul artiste figuratif de cette exposition, est un amoureux du dessin par le biais duquel il raconte de véritable épopée. | OUEST-FRANCE

Ouest-France Christine PENNEC. Publié le 22/11/2019 à 20h01

 

Réhabilité et ouvert au printemps de cette année, l’espace d’art le Comœdia à Brest accueille dix artistes français et bretons pour certains. Jusqu’au 25 janvier, les amateurs découvriront dans ce magnifique écrin, ancien théâtre et cinéma, une exposition où les œuvres discutent, se confrontent, mettant en perspective des problématiques contemporaines et sociales comme la migration, l’alphabet ou encore la place de l’image de la femme dans notre société de consommation.

Sur les traces de Pierre Soulage, cinq artistes y abordent le thème du noir en peinture. Les encres et les acryliques de Catherine Aerts-Wattier donnent à voir des Murmures d’ombres, des Ciels, des Eaux troubles dont le sfumato et la patine rappellent certaines ambiances de Leonard de Vinci. La puissance des travaux de Jacques Blanpain et ceux de Cali Rezo racontent une gestuelle très expressive et construite, conjuguant un mélange de signes proches de la cartographie pour le premier et de l’écriture pour la seconde. Benoît H dans une série d’encres sur papier décline des enchaînements de lignes et de gris, propices à « un équilibre pictural autant qu’intérieur, comme une médiation », confie le peintre. Enfin, le Brestois Loïc Madec embarque le spectateur dans ses récits d’opéra, de voyage de L’Hermione, qui deviennent autant d’épopées grâce à un puissant travail de dessin.

Totems et bottines

Le deuxième volet de cette exposition, le Comœdia explore les volumes et les formes sous le prisme de la couleur avec 46 sculptures. L’artiste finistérien Jean-Yves André a réalisé une forêt de totems dont les écritures s’inspirent des aborigènes. Miguel Chevalier, pionnier de l’art numérique expose deux caissons lumineux, un travail hypnotique. Vincent de Monpezat créé des tétrapodes monochromes ou bi couleur, à la fois organiques et déconcertants. Marc Piano réinvente sa vision du taureau et l’assiette d’art en céramique. Enfin, Frédéric Périmon, tel un trublion, interpelle le visiteur avec ses bottes de femmes résolument colorées et détournées…

Jusqu’au 25 janvier 2019, les jeudi, vendredi et samedi, de 14 h à 18 h et sur rendez-vous, 35, rue du Château à Brest. Internet : artcomoedia.fr.

 

Retrouvez cet article sur le site de Ouest-France

Newsletter