JEAN-BERNARD SUSPERREGUI

Jean-Bernard Susperregui

Biographie

Autodidacte, il réalise ses premières sculptures en 1969 « De son maître Marino di Téana, Jean-Bernard Susperregui a appris l’importance du vide, et celle de la patience. Comme le sculpteur italien, il sait en opposant deux masses, donner à leur intervalle une densité presque palpable. Mais l’élève s’est affranchi pour partir dans des directions nouvelles inattendues » écrit Harry Bellet. En 1975, il est repéré par Gilles Vallée qui l’expose à la Galerie du Haut Pavé à Paris. Depuis les expositions personnelles et collectives s’enchaînent partout en France. Entre 1989 et 1991, il se fait remarquer pour ses créations de décors pour le théâtre, notamment dans le cadre du Festival d’Avignon. En 1998, commence les créations monumentales, avec une fresque de huit cents mètres carrés d’acier et de rouille, pour le théâtre de Toulouse, et en 2002, il réalise une sculpture monumentale à Corbeil-Essonnes dans le cadre d’une commande publique.

« Les sculptures de Jean-Bernard Susperregui englobent des contradictions apparentes ; le vide et la forme, l’ouvert et le fermé, le positif et le négatif, le statique et le dynamique, la symétrie et la dissymétrie, la légèreté et la pesanteur. Loin de s’annuler entre elles, ces polarités se manifestent dans un jeu d’intercommunication favorisant de nouvelles relations. De ce dialogue incessant entre les éléments naissent de multiples configurations plastiques qui perturbent nos façons de penser l’espace. […] Chaque œuvre est une invitation à jouer avec ces couples de contraires, à opérer des permutations, à rencontrer le simple et le complexe, à découvrir ce que le vide recèle et dissimule. » écrit Caroline Edde historienne d’art à Paris.