Albert Mérour

Albert Mérour

Biographie

Albert MÉROUR naît en 1942 à Plomodiern et décède en 2001 à Nantes. Artiste prolifique, auteur d’une centaine d’œuvres, Albert MÉROUR était à la fois poète et peintre, acteur majeur de la scène surréaliste brestoise, à partir de la fin des années 1960.

 

Après une formation en tant qu’étudiant libre au Beaux-Arts de Brest, Albert MÉROUR réalise sa première exposition, en 1966, dans la cité du Ponant. Ses premières toiles sont considérées par son frère, le poète Hervé MÉROUR, comme d’inspiration fauviste. En cette fin des années 1960, une véritable effervescence artistique naît à Brest, portée par les étudiants des Beaux-Arts et notamment, les membres du groupe surréaliste brestois : Suzanne BESSON, Xavier VASSEUR, Georges ROUSSEL, Jean-Philippe DOMECQ, André CARIOU ou encore Jean-Yves BRELIVET.

 

L’œuvre d’Albert MÉROUR évolue et prend un tournant plus dadaïste dans les années 1970, avec la création du jeu d’énonciation poétique « Illo Mollo ». Le peintre s’éloigne quelques temps de la peinture pour se consacrer à la poésie et au groupe Phases. Ce mouvement artistique, né dans les années 1950 autour d’une revue éponyme, lient entre eux des peintres, des poètes et des écrivains européens et latino-américains. Différentes expositions sont organisées, en Belgique, en Pologne, en France ou en Yougoslavie.

 

Albert MÉROUR produit énormément, utilisant une palette de couleurs extrêmement riche. Son geste formel combine courbes déliées et entrelacs, donnant ainsi un effet d’optique magnétique à sa peinture. Conjointement au développement de sa recherche poétique, les toiles de l’artiste deviennent plus personnelles, témoins d’une véritable introspection : l’esprit humain ainsi que les notions de vie et de mort deviennent des thématiques prépondérantes. Albert MÉROUR a toujours tenu à exposer toutes ses toiles simultanément et donc à ne jamais les vendre ou faire partie du marché de l’art. Cette position explique la méconnaissance que nous avons aujourd’hui de son travail, à redécouvrir à la galerie d’art Le Comœdia.